Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au bras d'une porte
un mur se promène

Sur une table d'algues
un tantinet brûlée
par un soleil de fond
un poisson dans l'argile
façonne une rivière

émergeant de brumes sombres
riches d'arbres restés libres
des femmes d'un blanc utile
réclament qu'on les aide
à tailler les haies vives du ciels
à essuyer la joue tournoyante du vent

un mouchoir d'herbes claires
et mouillées sur le front
tous les chemins souffrant
ne songent qu'à s'ouvrir devant elles

et la nuit passe
comme une hirondelle
des étoiles dans le bec

                                                Egfrild

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :