Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Va cancer, va - Christian E Andersen

Va cancer va
Pousse plus loin et plus fort encore
Tes bataillons haïs
Tailladés stipendiés massacrés incompris
Va cancer va tu fais plaisir à voir
Ta révolte est la mienne cancer
Tu es l'avant-garde
De la matière cellulaire en révolte
Va cancer va ronge nos chairs parricides
Saturées de mythes gorgées de sombres chimies
Va cancer va que claque dans ton poing
L'étendard de la vie trahie
Que meurent les nouveaux prêtres
Sur les autels des laboratoires
Que meurent les adorateurs du nouveau culte
Que meurent les infâmes sectateurs
Et se dessèche le sexe puant de leur cerveau
Plongé dans le ventre chaud de la matière
Va cancer va que crèvent dans des hurlements
De souffrance aveugle
Ceux qu'irrite la sagesse lente de l'esprit
Et qui à la patiente et perspicace édification de la pensée
Ont préféré le sanglant viol de la dissection
De l'autopsie de la chimie des microscopes
Va cancer va et ne m'épargne pas
Car étant homme moi-même chaque soir
Pour museler l'Obscur
J'ouvre le ventre à une fleur
Je lui compte les ovaires deux
Je lui casse les bras quatre
Je lui détaille les étamines huit
Lui arrache le sexe et l'humilie
Criant pistil
Pour finalement serein de tant de science
M'endormir dans un grand bâillement

C.E. Andersen (Cancer 1973)

Partager cet article

Repost 0