Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je greffe mes lèvres à l’O de l’œil
pour l’hirondelle chantant l’exil
les mains asiles
des berceaux de l’intense

Je tisse
paysages-visages
de frères rassemblés
j’amende l’éphémère
adossé à nos voix
je suis la poésie
la muse la lyre la mère
la femme et l’encre

Je suis élixir et chemin
bouches bâillonnées
que l’on allaite
mon souffle enlace
les gestes lumières
au seuil des matins

Je sculpte les baisers
que l’on dépose
au creux des existence

J’épelle le silence du calligraphe
colombe en résistance
je danse la parole incarnée

Je crée l’envol
d’orties devenues roses
de mes bras courbés d’azur
illuminant un antre j’accueille
le visage de la lune
sur le triangle des omoplates
prémices de l’aile

Fuyant l’aliénation du monde
je chante
le temps vibre sur ma nuque
puis s’élance au détour du subtil
où l’immortel rejoint mes hanches
pour l’œuvre et l’ombre
des sans-pays à jamais accueillis

Je peins
l’écoute les soifs les dons
la transcendance de l’irréalisable
l’ailleurs      quelque part         où
l’horizon à l’épaule
je suis la poésie sa bouche son ventre


IMASANGO

in La poésie au cœur des arts
Éditions Bruno Doucey

 

Tag(s) : #Dans mon grenier, #Imasango

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :