Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Toulouse, ce matin-là,
ce matin-là après tant d'autres,
la Garonne passait les ponts...
A Toulouse, ce matin-là,
pas un matin comme les autres,
la Garonne passait les ponts,
et, sous un beau ciel de campagne,
un ciel de février, souviens-toi,
de Grenade jusqu'à Saint-Agne,
la ville était... rose, ma foi !
Ce matin-là, quai de Tounis,
je regardais couler le fleuve,
vers le Pont-Neuf, sur un lit d'immondices.
Pureté perdue ! O Pyrénées ! l'épreuve
finira-t-elle avec la mer ?
Les mouettes couleur d'écume sont là. Anges
aux cris amers...
Et l'on oublie la fange.
Ce matin-là, quai de Tounis,
je regardais couler le flot, le double flot
des visages qui se hissent
à fleur de foule... Visages clos,
comme des coffres, ou des îles.
Mais ton visage, disparu
dans les remous de cette ville,
quand allait-il m'être rendu ?
Quai de Tounis, près du Pont-Neuf,
attendre encor... N'être qu'un touriste qui muse,
un samedi, près du Pont-Neuf,
ne plus guetter une apparence qui m'abuse.
Face aux clochers
de la Dalbade,
l'impatience devient péché !
Oui. Mais mon coeur bat la chamade
et l'alerte de mon sang
se refuse aux Alleluias.
Mouettes, voiliers en exil... Cette enfant
devrait être là !
Klaxons au loin : un, deux, puis vingt,
ou cent. La meute,
pour une noce à Saint-Cyprien.
Trop vulgaire pour une émeute.
Les gosses moqueurs, pris au piège
diront : "Chouette ! La mariée était en blanc.
On a vu passer le cortège...
C'était un bel enterrement !"
Un grand chien me frôle et me flaire.
Je le flatte. Beau berger clair. Il me toise,
distant : "Tu n'es qu'une étrangère,
"elle", seule, a le droit..." Un sourire croise
le mien. Jeune et vive, "Elle" se presse,
dans la foulée noble du loup.
Couple idéal : ni joug, ni laisse.
Un autre chien attend, chez nous,
qu' Elle revienne et que ce soit la fête !
J'attendrai avec lui, mais, moi, je sais compter...
Et j'entends bien, dans le cri des mouettes,
chanter la Mer, le Mer qui va nous séparer.
Plus tard ! D'ici à demain peut s'étendre
l'Eternité.
Ville, il faut me la rendre.
J'ai encor le droit d'écouter
sa voix, de suivre dans ses yeux
le jeu des petites lumières...
Cité pleine d'adieux
et d'amours passagères,
tu ne dois pas nous délier,
il faut que  notre temps s'achève.
Assez de maléfices ! Il faut les oublier.
Dans le ciel de Blagnac - Arrivées - Départs.
Les lourds oiseaux qu'habite le tonnerre
ne nichent nulle part.
Rome - Alger - Benghazi - Le Caire...
Blagnac - Départs - Arrivées.
Bonheurs
Noués et dénoués.
Voix célestes. Voix suaves. Arrache-coeur !
Mais Blagnac est sur l'autre rive...
Quai de Tounis, près du Pont-Neuf,
Sa main m'a fait signe... Elle arrive !
Et mon coeur crie, n'importe quoi :
"Au gui l'an neuf ! Vive le Roi !
Passez Ponts-ponts
Les carillons !"
A Toulouse, ce matin-là,
Pour Toi
Et Moi
La Garonne passait les ponts, un 15 février, Souviens-toi !

Marcelle Peuch-Verdet - Chemin faisant - 1985 -
 

Tag(s) : #Marcelle Peuch-Verdet, #Dans mon grenier

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :