Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


J'ai trempé mes lèvres dans la coupe de fer
Aux lueurs roulantes des intimes orages
Aspirant la liqueur qui ne se partage
Et l'eau du ciel pur coupant ce rare breuvage
Par miséricorde le rendit moins amer.

À cœur renversé j'avais voulu m'enivrer
D'un extrait fermenté de mes fruits défendus
Vendangés au verger des vieux arbres perdus
Où demeuraient cachées quelques grappes pendues.

Dans l'ancien paradis aujourd'hui croit l'ivraie.
Au pressoir j'espérais exprimer leur nectar
Y Voir jaillir des sucs dignes d'une innocence
Leur trouver un goût de joyeuse inconscience
Verser au calice un vrai vin de jouvence.

Mais je crois bien maintenant qu'il était trop tard.
Il me faudra aimer les saveurs amères
Déjà mon temps n'est plus aux saintes ivresses
Ni à l'ambroisie des belles prophétesses.
Il ne reste plus qu'à goûter la sagesse
Et couper ma la lèvre à son calice de fer.
                                                             

Pierre Delcros

Tag(s) : #Dans mon grenier, #Pierre Delcros

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :