Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fatigué du labeur, tout le sang à la tête
Des crimes annoncés à la une en manchette
Et dont le pourpre était promesse aux tribunaux,
Je m’en revenais lourd du plomb de cent journaux,
Par le matin nocturne. Ah ! je revois encore
Les bœufs qu’on emmenait mourir avant l’aurore,
Etonnés des maisons, intrigués de leurs pas
Qui ne s’entendaient plus sur le pavé de bois.
En doute de leur sort, ils cheminaient sans plainte
Dans le noir de la ville, étrange labyrinthe,
Ces partants pour la mort avec le même ennui
Que si vers les labours on les avait conduits.
Mais la rue une rue enfin sans noctambules,
Sans chiens ni bruits rôdeurs, libre de véhicules,
N’était plus que la voie austère du malheur…
Toujours les condamnés sont rivés à mon cœur,
Et je songeais passant près du Père-Lachaise
Aux vaincus mis au Mur puis en tas dans la glaise…
C’était l’heure où Deibler, en habit des grands jours,
S’apprêtait à verser le rouge au vieux faubourg.
On n’en peut plus d’être homme… Ah ! que sait-on du monde ?
Allons plutôt dormir, plonger en eau profonde.

Claude Le Maguet
- Né le 27 avril 1887 à Albas (Lot), mort le 14 juillet 1979 à Genève (Suisse) 

 

https://maitron.fr/spip.php?article154008, notice LE MAGUET Claude [SALIVES Jean-Baptiste, Auguste, dit] [Dictionnaire des anarchistes] par Nicole Racine, Rolf Dupuy, version mise en ligne le 11 avril 2014, dernière modification le 1er avril 2020.

Tag(s) : #Claude Le Maguet, #Dans mon grenier

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :