Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est minuit trente j'ai posé le livre... Je viens de dévorer d'une seule traite ses 157 pages, je suis sous le charme et le choc... Déjà je brûle d'en reprendre la lecture. Prendre une seconde dose, plus forte encore, de ce concentré de guerre du Liban et d'humanité bestiale, comme si cette relecture pouvait soulager un peu cette jeune femme, Darina, du poids de la folie des hommes et de leurs religions.

Cette nuit plus que jamais je partage la peine des promoteurs de laïcité et la détresse de toutes les Âme-cerises du monde...


"Je n'ai jamais connu la peur, dans les pires moments de la guerre, je rigolais sous les F16, je dansais aux moments des pires massacres, je faisais l'amour sous les bombes, mais au couvent de la Croix je tremblais tout le temps, j'avais peur des gifles des bonnes soeurs (...) Les femmes que je voyais autour de moi étaient pareilles à toutes les femmes que j'avais vues dans le monde arabe : des bêtes de trait. J'ai compris notre vulnérabilité de femmes, on a beau être une vedette, médecin, une célébrité, au moindre faux pas la femme redevient femme, bête de somme qu'on enchaîne comme on veut." ("Le Jour où Nina Simone a cessé de chanter" - Darina Al-Joundi et Mohamed Kacimi)

 

http://www.youtube.com/watch?v=WmocKyHjg0Y&feature=related


Tag(s) : #Dans mon grenier

Partager cet article

Repost 0