Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


כה הראני והנה אדני נצב על־חומת אנך ובידו אנך׃

Traductions

Amos 7:7 French: Louis Segond (1910)
Il m'envoya cette vision. Voici, le Seigneur se tenait sur un mur tiré au cordeau, Et il avait un niveau dans la main.

Amos 7:7 French: Darby
Ainsi il m'a fait voir; et voici, le Seigneur se tenait sur un mur bâti d'aplomb, et il avait un plomb à sa main.

Amos 7:7 French: Martin (1744)
[Puis] il me fit voir cette vision : et voici, le Seigneur se tenait debout sur un mur fait au niveau, et il avait en sa main un niveau.

Amos 7:7 French: Ostervald (1744)
Puis il me fit voir ceci: voici, le Seigneur se tenait debout sur un mur fait au niveau, et dans sa main était un niveau.



      Le mot אנך  anakh signifie en hébreu "fil à plomb" ... 

"La loi est simple : nous ne pouvons "connaître" qu'en communiquant avec nous-mêmes. Nous ne pouvons communiquer avec nous-mêmes qu'en prenant conscience de notre "féminin" et en l'épousant. C'est une oeuvre d'amour.
La loi est la même en ce qui concerne notre rapport au monde et à ces "autres" extérieurs à nous (bien qu'encore "nous" aussi, dans la mesure où adam est un !) Nous ne pouvons appréhender l'autre dans sa profondeur que dans la mesure où nous avons appréhendé en nous-mêmes telle profondeur. Et ceci ne s'apprend pas dans les livres. Jusqu'à aujourd'hui malheureusement, les sciences humaines ne s'apprennent que dans les livres : compensation extérieure à notre endormissement intérieur !

Dans ce même esprit, il devient clair qu'aucune démarche d'éveil ne peut se faire sans l'éducation préalable du contrôle des pensées. L'homme qui se laisse aller toute la journée à un vagabondage cérébral entretient un discours mental qui solidifie sa prison.(car les pensées non contrôlées ressortissent aux catégories mentales esclaves des énergies qui, dans ce cas, non "épousées", jouent en négatif et sont génératrices d'émotions, d'angoisses, de peurs et, par conséquent, sont génératrices de maladies, de souffrance et de mort).

Epouser ces énergies, ce "féminin" en nous, c'est aller vers le vrai "Moi" qui appartient à l'homme-dieu, et en regard dequel notre petit "moi", pensant et agissant à un niveau banal, appartient à l'homme-animal.

Le "Je" hébreu, אני ani,  témoigne de ce "Moi" unique et contradictoirement participant à l'Universel. En lui, le aleph se cache dans le yod propre à chacun de nous, nousdonnant la possibilité de le devenir grâce au noun, ce germe en lequel se joue toute notre économie.

Mais, ce même אני ani   est participant du mystérieux Nom divin אין ayin dont il est l'anagramme, donc co-énergétique à Lui. אין ayin est le "rien" , première et incontestable manifestation divine, au-delà de l'ETRE et du NON-ETRE et qui, cependant, déjà se nomme.

Ani est lui même la contraction du mot Anoki qui signifie "Je, moi" mais aussi la "perpendiculaire". La racine Aleph, Noun, Kaph dont il dérive, donnele mot  אנך  anakh  qui est le "fil à plomb", la "sonde". Notre vrai "Moi", caché dans le yod  י  est "à la perpendiculaire" d'Elohim א  Admirable expression de ce qu'est l'Homme en tant qu'"icône" de Dieu ! " Annick de Souzenelle "La lettre chemin de vie"



Tag(s) : #Esoterisme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :