Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au chant du coq
il n’est pierre qui chante
sinon la mort de marbre
sitôt pondu l’oeuf fragile
le convoi maternel
disparaît sans regret
le lit des jours est de paille précaire
les façades hautes des maisons
Roncevaux
muets des otages embarquent
vers un destin mécanique
il fait silence
si le destin aime les départs
toujours il en tait les raisons
et nous allons tournoyants derviches
dans l’infini des affres
vers quelque collision stellaire
avec aux lèvres accroché le râle
il faudra grandir vivre mourir
sans que s’attache
dans le vertige des puits sourds
un sens à la dérive
une raison aux caps
pris à la sauvette
nous serons guetteurs
des aubes escomptées
comptables des nuits assumées
de café en café
de trottoir en trottoir
mendiant une parole
suppliant pour un rire
glissant
titubant sur les papiers gras



C.E.A
Tag(s) : #Dans mon grenier

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :