Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Quand le Saint, béni soit-Il, voulu créer le monde, les lettres étaient encloses. Et pendant les deux mille ans qui précédèrent la création, Il les contemplait et jouait avec elles. Lorsqu' Il décida de créer le monde, toutes ces lettres se présentèrent à Lui de la dernière à la première.


La première à comparaître fut la lettre Tav (T)  "Maître des mondes, dit-elle, qu'Il Te plaise de m'enployer à créer le monde, car je suis le sceau de ton sceau qui est Vérité(Emeth). Toi-même as pour nom Vérité. Il sied à un roi de commencer par la lettre de vérité et de se servir d'elle pour créer le monde.

Le Saint, béni soit-Il, répondit : "tu es digne et juste, mais tu n'es pas appropriée pour que ce soit à partir de toi que Je crée le monde. Et ceci pour deux raisons : d'une part tu es appelée à être inscrite sur le front des hommes de confiance qui accomplissent la Torah de la première lettre (Aleph) à la dernière (Tav) et qui mourront sous ton signe; d'autre part tu es le sceau de la mort (maveth). Telle que tu es tu es impropre à commencer la création du monde. Le Tav se retira aussitôt. (Extrait "Le Zohar" -préliminaires 2b)



 La lettre SHin (Sh) se présenta et dit : Maître des mondes, qu'il Te plaise de m'employer à créer le monde, car je suis le début de ton nom Chaddaï (Donnant à suffisance) et il sied de créer le monde avec un nom saint.

Le Saint, béni soit-Il, répondit : Tu es digne, bon et vrai, mais puisque les lettres du mensonge (SHéker) t'ont prise pour être avec elles, je ne peux pas créer le monde par toi : le mensonge (SHéker) n'a de consistance que si le Kof (K) et le Rech (R) te prennent. Nous apprenons par là que l'homme qui veut mentir utilise d'abord un fond de vérité pour échafauder ensuite son mensonge. En elle même la lettre CHin est la lettre de vérité, signe de vérité des patriarches par lequel ils se sont unis. Par contre, le K et le R (KaR = le froid) sont des lettres qui apparaissent sur le côté du mal, or afin d'être effectives elles accueillent entre elles la lettre Sh, ce qui donne KéSHeR (le complot). A ces mots le SHin sortit de devant lui.



La lettre Tsadé (TS) se présenta et dit : Maître du monde, qu'il Te plaise de créer le monde à partir de moi car j'appose mon sceau sur les justes (Tsadiqim), et Toi-même qui te nommes "Juste" (Tsadiq), tu es distingué grâce à moi comme il est écrit "YHVH est juste et il aime ce qui est juste" aussi convient-il de créer le monde avec moi.

Le Saint, béni soit-Il, lui répondit : Tsadé, Tsadé, tu es juste mais tu dois rester caché et ne pas trop te dévoiler afin de ne pas fournir d'argument contre le monde. Tu as la forme de la lettre Noun surmontée de la lettre Yod venant du nom de l'alliance sainte. Selon ce secret, lorsque le Saint, béni soit-Il, créa le premier homme, Il lui fit deux visages. C'est pourquoi la face du Yod dans le Tsadé est tournée en arrière dans le Tsadé et celle du Noun est tournée en avant. Ils sont dos à dos et non pas face à face, que le Tsadé soit tourné vers le haut ou tourné vers le bas.

Le Saint, béni soit-Il, lui dit donc : De plus, Je devrai un jour te scinder pour que tu apparaisses face à face, mais celà aura lieu ailleurs. Le Tsadé se retira et s'en fut.



La lettre Pé (P) se présenta et dit : Maître des mondes, qu'il Te plaise de m'employer à créer le monde car la Délivrance que Tu es appelé à effectuer en ce monde est inscrite en moi : Pédout (visite en délivrance). Il convient donc de créer le monde à partir de moi.


Le Saint, béni soit-Il, lui répondit : Tu en es digne, mais la faute (Pécha) qui se cache est dessinée en ta forme : ) l'image d'un srpent qui frappe et ramène sa tête vers son corps. Pareillement, celui qui a failli baisse la tête et étend les bras. Il en alla de même de la lettre Ayin, initiale de Avon (l'avanie). Bien qu'elle se réclamât de l'humilité (Anava) qu'elle comportait, le Saint, béni soit-Il, déclara : Ce n'est pas avec toi que Je créerai le monde. Le Pé et le Ayin sortirent de devant sa face.



La lettre Samekh (S) se présenta et dit : Maître des mondes, qu'il Te plaise de créer le monde à partir de moi car en moi se trouve un appui (Semikha) pour ceux qui tombent, comme un verser l'atteste : YHVH soutient tous ceux qui tombent".

Le Saint, béni soit-Il, lui répondit : C'est précisément à cause de cela que tu dois demeurer à ta place sans bouger, car s'il t'arrivait de l'abandonner, qui veillerait sur ceux qui tombent, eux qui se retiennent à toi ? Le Samekh aussitôt se retira.



Le Noun (N) se présenta et dit devant le Maître du monde : Qu'il Te plaise de te servir de moi pour créer le monde, car je suis la lettre initiale de l'expression : "Redoutable (Nora) en louanges" et de l'expression " Agréable (Nava) est la louange pour les justes".


Le Saint, béni soit-Il, répondit : ô Noun, retourne à ta place car à cause de toi, qui es l'initiale du mot chute (Néfila), la lettre Samekh (l'appui) est revenue à la sienne. Va t'appuyer sur elle. Sans attendre, le Noun repris sa place en se retirant. 



        La lettre Mem (M) se présenta et dit :  Maître du monde, qu'il Te plaise de commencer le monde à partir de moi car grâce à moi Tu es appelé Roi (MéLeKh). Le Saint, béni soit-Il, répondit : Tu dis vrai, mais ce n'est pas avec toi que Je créerai le monde puisque ce dernier à besoin d'un roi. Rejoins ta place accompagné du Lamed (L)  et du Caph (K) car il ne faut pas que le monde demeure sans roi.

 


        La lettre Caph (K) descendit alors du Trône de gloire et dit en tremblant : Maître du monde, qu'il te plaise de créer le monde avec moi puisque je suis ta gloire (Kavod). Dès que le Caph descendit    du Trône de gloire, deux cent mille mondesen frémirent et le Trône vacilla. Ces mondes tremblaient, craignant de tomber.


 Le Saint, béni soit-Il, s'écria : Caph, Caph, que fais tu ici ? Retourne à ta place, Je ne créerai pas le monde à partir de toi car l'Extermination (Keila) réside en toi, par toi se  fait entendre "l'Extermination et le meurtre". Réintègre ton Trône et restes-y !  Dès lors le Caph se retira et rejoignit sa place     



La lettre Yod (Y) se présenta et dit : Maître du monde, qu'il Te plaise de m'employer à créer le monde car je suis l'initiale du Nom saint (YHVH). Il convient donc que Tu crées le monde avec moi. Le Saint, béni soit-Il, répondit : Qu'il te suffise d'être inscrite dans mon Nom. Tu es gravée en Moi et toute Ma volonté tient en toi. Retire toi, il n'est pas bien que tu sois arrachée à mon Nom.


La lettre Tet (T) se présenta et dit : Maître du monde, qu'il Te plaise de créer le monde avec moi qui Te fais dénommer Bon (Tov) et Droit. Le Saint, béni soit-Il, répondit : Je ne créerai pas le monde à partir de toi puisque ta volonté est enclose et cachée en ton sein, selon les paroles suivantes : " Combien est grande ta bonté que tu tiens cachée pour ceux qui te craignent" Comme la bonté est abritée en toi, tu n'as pas part au monde que Je vais créer mais au monde à venir. De plus, parce que ta bonté est dissimulée en ton sein, les portes du Temple seront englouties, ce qu'exprime un verset : " Ces portes ont été englouties par la terre". En outre, le Heth (H) est lié à toi puisque vous formez ensemble le mot Faute (HeT).

Aussi, vous ne figurez ni l'un ni l'autre dans les noms des saintes tribus. Le Tet et le Heth se retirèrent à leur tour.



La lettre Zaïn (Z) se présenta et dit : qu'il Te plaise ô Maître du monde,  de créer le monde avec moi car Tes enfants veillent au Sabbat grâce à moi : " Souviens toi (Zekhor) du jour du Sabbat pour le sanctifier". Le Saint, béni soit-Il, répondit : Je ne créerai pas non plus le monde à partir de toi car tu loges la guerre, le glaive aiguisé et la lance de combat (Zyoun). Tu ressembles au Noun (impliquant la chute). Le Zaïn ne s'attarda pas.



La lettre Vav (V) se présenta et dit : Maître du monde, qu'il Te plaise de créer le monde avec moi car je suis une lettre de Ton nom. Le Saint, béni soit-Il, répondit : Vav ! Qu'il vous suffise à toi et au Hé (H) d'être des lettres de mon Nom. Vous appartenez au secret de mon nom, gravés et inscrits dans mon nom. Ce n'est pas avec vous que je créerai le monde !


La lettre Dalet (D) accompagnée du Guimel (G) se présentèrent et firent la même demande.

 
Le Saint, béni soit-Il, leur répondit : Qu'il vous suffise de rester associés, car comme les pauvres (Dalim) ne disparaitront jamais du monde, il faut les pourvoir  (Gamol) en bonté. Dalet c'est la pauvreté (Dalout), Guimel c'est la compensation (Guemilout) qui soulage. Vous ne vous séparerez donc pas l'une de l'autre, qu'il vous suffise de vous sustenter mutuellement.


La lettre Beit (B) se présenta et dit : Maître du monde, qu'il Te plaise de créer le monde avec moi, c'est grâce à moi que l'on Te bénit (Baroukh) dans l'En-haut et dans l'En-bas. Le Saint, béni soit-Il, lui dit : Certes oui ! C'est par toi enfin que Je créerai le monde, tu seras l'inaugurateur de la création du monde.


La lettre Aleph (A) s'abstint de se présenter. Le Saint, béni soit-Il, lui dit : Aleph, Aleph, pourquoi ne te présentes tu pas devant Moi comme toutes les autres lettres ? Le Aleph répondit : Maître du monde, j'ai vu toutes les lettres comparaître devant Toi sans résultat, qu'avais je alors à faire ? De plus Tu as déjà donné ce cadeau précieux à la lettre Beit, et il ne convient pas que le Roi suprême retire le don qu'il vient de faire à un serviteur pour l'accorder à un autre. Le Saint, béni soit-Il lui dit : Aleph, Aleph, en dépit du fait que Je créerai le monde avec la lettre Beit, tu seras la première de toutes les lettres de l'alphabet, Je n'aurai d'unité qu'en toi, et tu seras aussi le commencement de tous les calculs et de toutes les oeuvres du monde. Toute unification reposera dans la lettre Aleph seule. Le Saint, béni soit-Il, façonna enquite les grandes lettres de l'En-haut et les petites lettres de l'En-bas. C'est pour cette raison que l'on trouve deux Beit (B) dans le premier verset de la Genèse : "Béréshit" (au commencement), "Bara" (créa) suivis de deux Aleph (E) : " Elohim Eth". Les premiers Beit et Aleph sont les lettre de l'En-haut, les seconds des lettres de l'En-bas, toutes, en-haut et en-bas, étaient rassemblées en l'unité.


Partager cette page

Repost 0