Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

illustration Michaël Zancan



J'ai appris si tôt dans mon enfance,
ce pas en retrait de moi même,
pour me regarder,
pour me prendre dans mes propres bras
et tutoyer l'autistique frontière,
que parfois le monde où je gravite,
ce monde dans lequel je vis
n'a plus aucune prise...
aucun sens, aucun intérêt...

Je me soustrais,
me dérobe,
me dégravite...
Je suis un électron libre.

Quelle heure est elle ?
                                   Maison smoke de l'heure...

Le temps s'est cool de mes yeux,
                                  s'inspire de mes narines.

Le temps perd son temps à repeindre mes cheveux...

Quel temps fut-il ?
Je suis un photon, ici et là en même temps,
sans y être tout en y étant, pourtant...

Je suis vide et creux débordant de cet amour
dont jeune puits me remplir...

Mon coeur saigne de cet amour en trop peu
dont je déborde pour te noyer
me noyer.

Tu m'es si vitale, si nécessaire toute entière
que sans plénitude de toi je choisis le vide.

Mais quelle heure est elle ?
Quel temps fait il ?


Comme un enfant placard enfin libre
je troque ma liberté psychotique,
sur la pointe des pieds,
un pied de nez dans une main
et dans l'autre une rose,
le regard facétieux et l'âme désinvolte
qui de nouveau se désélectrise
et puis
s'épuise de l'Autre...

Comme on s'emparfume d'une fleur
je m' ensommeille de toi
dans le froissement soyeux d'une étoffe légère
Une brise marine te déposa,
papillonne surprise,
au bord de mon âme effarée...

Puis te voila
paisiblement endormie contre mon coeur,
ta peau caressant la mienne à la mesure de ton souffle.

Si d'aventure je me languis de toi,
divine psyché,
je ferme les yeux et t'hologrammise
à tendre la main.

Et je tais mes silences
au son de tes couleurs de rêves.

Loran
(février 2010)

 

Tag(s) : #recueil, #Mes textes, #laurent Chaineux

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :